La grossesse est finie, l’accouchement derrière nous, les douleurs (presque) oubliées, on a notre beau bébé dans les bras … Et là, vient d’un coup le moment où tout votre entourage … non pardon, TOUT LE MONDE vous donnera son avis sur le moindre de vos faits et gestes, sans réfléchir une seconde si ça va vous faire chier vexer ou pas. Je vous ai fait mon petit top 5 de ces petites phrases qui m’ont hérissé le poil !

Not sure

1. « Pas de doigts dans la bouche, ça va lui donner des coliques. »

Je vous dresse le tableau : 2ème ou 3ème jour de mon séjour à la maternité, une sage-femme me conseille de faire tétouiller mon petit doigt à Little A. qui refuse la tétine et qui râle souvent. Autre heure, autre sage-femme. Elle me voit transformée en tototte géante « Mais Madame ! – horrifiée – bla bla bla ». Bonjour la culpabilisation. Je fais déjà nawak avec ma fille. Après discussion avec ma sage-femme chouchou, l’autre était une vieille bique, et le petit doigt est resté.

2. « Laisse la pleurer. »

Ah, qui ne l’a pas entendu celle-là ? Ça doit être franchement la pire. Généralement suivie par un « ça lui fait les poumons » ou un « c’est pour te tester » (vil petit être démoniaque), on peut constater que cette phrase est souvent sortie par des personnes d’un âge approchant la retraite (ou la connerie sévère). Alors la primipare (moi) teste une fois, chiale sa race autant que le bébé, puis finit par craquer. A quand une interdiction pure et dure de sortir ça ?

3. « Quand bébé dort, fais pareil. »

Hum. Non. Clairement non. Et pourtant j’étais morte de fatigue, mais tellement stressée ou occupée à vouloir faire autre chose que c’était impossible pour moi de dormir pendant ses siestes. Alors oui, j’étais un zombie, ma santé mentale en a pris un coup, mais je touche du bois qu’elle ai fait ses nuits assez vite ^^

4. « Tu ne lui donnes pas assez de biberons ! »

Je te l’ai dit au-dessus, ma Little A. a fait de vraies nuits tôt, peu avant ses 2 mois. Elle s’est donc calée sur un rythme de repas plus normal, toutes les 4h. Et après son dernier biberon du soir, elle est toujours allée au lit tranquille, sans en redemander dans la nuit (touchage de bois à mort). Un jour en famille, je donnes son repas vers 18h30 et je dis après « hop au dodo ! ». Là, regard effaré d’un convive « Quoi ? Excuses moi mais tu ne lui donnes passez, je ne suis pas du tout d’accord ! ». Rien que d’y re-penser, ça me re-gonfle. J’ai tenté d’expliquer dans le vide que c’était son rythme et que je le respectais. (et elle ne s’est pas réveillée avant 8h le lendemain :p)

5. « Tu la prends avec vous dans le lit pour dormir ? Aïe, elle va s’habituer ! »

Mais mêles toi de tes affaires #legens bordel ! Alors oui, de temps en temps, quand elle se réveille un chouilla trop tôt le week-end alors qu’on aurait voulu dormir plus, ou qu’elle râle pour faire sa sieste de l’après-midi, on la prend dans notre lit. Ça nous permet de continuer notre nuit (et la sienne), et je dois avouer que c’est mon petit kif de faire la sieste avec elle collée contre moi. Et je suis convaincue qu’elle aime ça aussi. Et je sais aussi qu’un jour, ça s’arrêtera, alors je profite à fond !

Et toi, je suis sûre que tu as aussi eu ton lot de réflexions à la con ! Balance !